Lettre de rupture de Georges Henein à Andre Breton

« Cher André Breton,
J’écris ces lignes en humeur et sans dépit. La décision de quitter un
groupe dont on croit n’avoir pas démérité et auquel vous attachent douze années d’activités communes, n’est pas de celles qui se prennent d’un cœur joyeux. Je précise tout de suite que je ne me trouve pas en désaccord avec les positions essentielles du surréalisme, que les noms dont il a balisé sa route (Chazal excepté)
me sont d’un secours constant, et qu’enfin ses lignes de recherches restent à mon sens des plus entraînantes…
En vérité, n’êtes-vous pas frappé de constater que ce qui a
maintenu le surréalisme depuis la fin de la guerre, ce sont des actes et des œuvres individuelles, tandis que tout ce qui tendait à l’expression collective aboutissait au plus cruel échec, quand il ne minait pas l’édifice patiemment élevé ? Je ne connais pour donner la température du surréalisme comme rien d’autre, de 1946 à 1948,
que les expositions de Brauner, de Matta et Hérold. Libre à vous d’ignorer ces vérités pratiques et de céder au besoin panique de nouveauté qui ne saurait, en l’étape actuelle du surréalisme où il importe de procéder à un reclassement et une condensation de ses valeurs conductrices, mener qu’à des innovations de bazar…

Lettre de rupture de Georges Henein à Andre Breton Paris, 26 juillet 1948

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s