ÉPILOGUE / LUDWIG ZELLER

ÉPILOGUE / Ludwig Zeller

La plupart des poèmes qui composent ce livre furent écrits entre 1971 et 1972 à Toronto. Celui qui prend un livre n’atteint pas toujours l’homme. C’est un moment difficile, hérissé d’épines et de questions, celui auquel doit faire face un poète qui change de pays et de langue. Alors ce n’est pas à l’homme que l’on touche mais à une blessure. J’avais auparavant publié cinq livres de poésie, un tome de collages, et présenté huit expositions individuelles. Toutefois, ces poèmes et leurs indécisions signifièrent pour moi un recom mencement. Voici la réponse à une question que l’on me pose très fréquemment. Je suis né en 1927 dans le désert d’Atacama au nord du Chili. Ces poèmes et ces collages seraient autres s’ils avaient pris naissance dans une ambiance diffé rente. Mon œuvre adhère entièrement au surréalisme et c’est l’expression de celui qui pense que par hasard nous continuons à vivre dans un désert où la vie n’est que la peau d’un mirage.

Ludwig Zeller

Trad. Thérèse Dulac Gutiérrez

Ludwig Zeller

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Powered by WordPress.com.
%d bloggers like this: