JE VOYAIS LA NUIT / MOHSEN EL BELASY/ Traduits par / Abdul kadir AL janabi

Mohsen Elbelasey

Je voyais la nuit

Traduits par / Abdul kadir Aljanabi

Petit hérisson à tête de loup et queue de baleine, j’ai joui de visions étranges, de sombres visions parfois calcinées parfois ardentes, j’ai ouvert ma bouche où, sont tombées du ciel des fientes de corbeaux alors que les seins de la lune pendaient autour de moi.

Les ailes lunaires étaient encore plus mémorables que les seins

Percées, vous pouviez voir à travers elles, gens et populations d’abeilles sauvages en révolte contre les lois requises pour substituer la vie par une gorgée de miel frelaté.

Pâle était la teinte commune derrière ces élytres lunaires 

Le vert était à l’origine blanc chaud,

Le jaune était mensonger et le salut résidait dans le rose qui est la couleur artificielle du clitoris d’une louve.

Les lois de la physique dévalaient et le monde brûlait quand vous pressiez ce clitoris en un mouvement circulaire.

Les loups étaient des experts en protestation et l’origine de la révolution était un simple clitoris ardent.

Au fil du temps

Les duvets soyeux des lascives demandes poussèrent à la surface des seins sélénites 

Parce qu’ils n’avaient ni cratère ni bouche d’aération, ils explosèrent.

Ils devaient être pleins à l’intérieur

Probablement

Écho des battements d’ailes de la lune 

Au moins

La nuit était noire et calme, mais la tique échappée du dos des hyènes fascistes 

Apparut nettement 

Quand les corbeaux haïs de tous les objets inertes vidaient leur fiente d’argent au fond de mon gosier.

Des femmes nues coupaient des petits bouts de leurs fesses et les jetaient dans une poêle à frire.

Tout cela n’a aucune importance, mais surtout, je ne vois plus, je n’entends plus, je dévore seulement.

Revue de la poésie in toto n°1

Get it

https://editionsasymetrie.org/ouvrage/revue-de-la-poesie-in-toto-n1/embed/#?secret=GHa4ZbHHpR

Description
Revue de la poésie in toto n° 1

Editée par Abdul Kader El Janabi �& les Éditions de l’Asymétrie

Parue : le 20 octobre 2020

126 pages, format 18 x 24

15 euros sur ce site ( frais d’envoi compris pour un exemplaire, prix dégressif si plusieurs exemplaires) 12 euros en librairie ( La revue est « auto-diffusée », les libraires intéressés par un dépôt sont priés de nous contacter : : intotorevuepoesie@gmail.com)

Il y a des poètes et des poètes en titre. Si tu tends l’oreille aux crissements de ta plume, peut-être crois-tu entendre les murmures d’une gloire méritée… Bona fortuna tibi ! Avec ses clics et ses affaires, le poète en titre prend position dans l’économie politique de la culture. Élite repue, parent pauvre des sophistes antiques, dont l’insolence mondaine est monnayée contre une obséquiosité de rigueur, il donne des gages au commerce, à l’industrie, à la religion même, chacun y trouve son compte… Cela dit, faut-il aimer les revues ou les poètes d’un genre nouveau ou rencontrer plutôt des inconnus à la corne d’une page, griffer ainsi la peau du temps ? Ce que nous voyons partout vaut mieux que les cendres jetées des poètes. Leur nom est gravé sur l’épaule de l’oubli.

Dans ce numéro de Revue de la poésie in toto :

Des documents inédits

° Lettres de Marcel Duchamp autour de la couverture du catalogue de l’exposition Le surréalisme en 1947.

° Carte postale inédite de Gilbert Lely.

° Poème manuscrit de Mario Cesariny.

° L’astre troglodyte, poème retrouvé d’Édouard Jaguer (1947).

Des entretiens inattendus

° Conversation entre Jean Duvignaud et Octavio Paz : La Mariée se regarde dans notre regard.

° Entretien entre AKEJ et Jean Schuster à propos de l’autodissolution du mouvement surréaliste de 1969.

Une étude et une enquête poétiques

° Rapport sur la Formation de bataille surréaliste au Moyen Orient et en Afrique du Nord, avec un choix de poèmes : « Dévoiler le verbe arabe » & « Dans la jungle d’asphalte de la langue ».

° Désormais le poème s’expose : lorsque les surréalistes raisonnaient la poésie.

Et toujours textes, poèmes & illustrations de derrière les fagots !

° Poèmes et textes de Yassir Abdelkawi, Will Alexander, Philippe Bouret, Mario Cesariny, Mohsen Elbelassy, Abdul Kader El Janabi, Onfwan Fouad, Charles Illouz, Édouard Jaguer, Giovanna, Jean-Michel Goutier, Pierre Grouix, Ghadah Kamal, Marc Kober, Victor Malzac, Giorgia Pavlidou, Pierre Petiot, Michael Richardson, Alain Roussel, Axel Sourisseau.

° In fine, un recueil complet de Jerome Rothenberg : Poème des miracles

° Illustrations de AKEJ, Philippe BOURET, Thom BURNS, Maroine DIB, Mohsen ELBELASY, Alice FARLEY, Kathleen FOX, Giovanna, Tahani JALLOUL, Ghadah KAMAL, Laura Hortense, Gilbert LELY, Axel SOURISSEAU, TUVROVSKI, John WELSON, Ghazi YOUNES.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Powered by WordPress.com.
%d bloggers like this: