Rue Shérif PAR : Mohsen El belasy / TRADUIT PAR : ABDUL KADIR AL JANABI

Rue Shérif par Mohsen El belasy / TRADUIT PAR :
ABDUL KADIR AL JANABI

Là-haut
Tout l’opium de la ville est à portée
Et tu souffres beaucoup
Je plonge
Même les pigeons errants se réfugient sur les toits du centre-ville
Leurs cols se teintent de toutes les questions
Même ces bâtiments ancrés comme des piliers portent le ciel
Et le ciel lourd me porte
Son col se teinte de toutes les questions
O ! Rue
Tu me survivras
Les pieds et les regards t’interrogeront sur la maison d’une vieille,
Et sur une fenêtre qui ne s’ouvre pas.
La rue craint
Le charme de ma plume noire
Moi, j’ai peur du paysage vertical de la forêt de murs.
Quelqu’un pleure
Un voyageur
De café en café
Incolore
Ici les couleurs brûlent
Des nuances tristes sans robe ni langue
D’ici aussi je vois
Abdin Palace et Happy City Pub
Entre eux, un troupeau de fouets
Le voici, mille et une fourmis
Arpentent le chemin sans masque
Les gémissements d’impossible coulent
Et je suis là
Au milieu du poème
J’incite mes pieds
À sauter
Au milieu des alternatives
Et que le ventre de ma mère
M’accueille
O mère
Déconstruis-moi pour que je devienne un air bleu
Telle une fumée de cigarette
Et sculpte avec moi des ombres dansantes
Libère- moi d’une solitude excessive
O ! toi
Je ne te connais pas
Je ne connais pas cette rue qui frémit de soif.
O mère
Porte-moi sur ton doigt rocailleux
Je vais sauter
La main pâle d’un inconnu me ramasse
Non, pas maintenant
Je ne sauterai pas
Je suis très proche du ciel
Eux sont en bas
Et je me sens tel un nuage
Regardez mon corps de bois
Je vais sauter
Et laisser le feu de mes délires
Manger les pigeons rapiécés de questions
O mon amour !
Mon amie
Je te donne la divinité de la chute
Saute avec moi
Nourris-moi de ton lait rouge
Laissons-nous tomber sur leurs têtes
Et qu’ainsi explosent les images sans relâche
Et divaguent dénudées
Sauf de vous

Notes :
Sherif Street : une rue centrale du Caire.
Palais Abdin : palais royal égyptien, siège du gouvernement avant 1952
Happy City Pub : un pub sur les toits au centre du Caire populaire auprès des poètes, des écrivains et des militants politiques pauvres.


Revue de la poésie in toto n°1

Get it

https://editionsasymetrie.org/ouvrage/revue-de-la-poesie-in-toto-n1/embed/#?secret=GHa4ZbHHpR

Description
Revue de la poésie in toto n° 1

Editée par Abdul Kader El Janabi �& les Éditions de l’Asymétrie

Parue : le 20 octobre 2020

126 pages, format 18 x 24

15 euros sur ce site ( frais d’envoi compris pour un exemplaire, prix dégressif si plusieurs exemplaires) 12 euros en librairie ( La revue est « auto-diffusée », les libraires intéressés par un dépôt sont priés de nous contacter : : intotorevuepoesie@gmail.com)

Il y a des poètes et des poètes en titre. Si tu tends l’oreille aux crissements de ta plume, peut-être crois-tu entendre les murmures d’une gloire méritée… Bona fortuna tibi ! Avec ses clics et ses affaires, le poète en titre prend position dans l’économie politique de la culture. Élite repue, parent pauvre des sophistes antiques, dont l’insolence mondaine est monnayée contre une obséquiosité de rigueur, il donne des gages au commerce, à l’industrie, à la religion même, chacun y trouve son compte… Cela dit, faut-il aimer les revues ou les poètes d’un genre nouveau ou rencontrer plutôt des inconnus à la corne d’une page, griffer ainsi la peau du temps ? Ce que nous voyons partout vaut mieux que les cendres jetées des poètes. Leur nom est gravé sur l’épaule de l’oubli.

Dans ce numéro de Revue de la poésie in toto :

Des documents inédits

° Lettres de Marcel Duchamp autour de la couverture du catalogue de l’exposition Le surréalisme en 1947.

° Carte postale inédite de Gilbert Lely.

° Poème manuscrit de Mario Cesariny.

° L’astre troglodyte, poème retrouvé d’Édouard Jaguer (1947).

Des entretiens inattendus

° Conversation entre Jean Duvignaud et Octavio Paz : La Mariée se regarde dans notre regard.

° Entretien entre AKEJ et Jean Schuster à propos de l’autodissolution du mouvement surréaliste de 1969.

Une étude et une enquête poétiques

° Rapport sur la Formation de bataille surréaliste au Moyen Orient et en Afrique du Nord, avec un choix de poèmes : « Dévoiler le verbe arabe » & « Dans la jungle d’asphalte de la langue ».

° Désormais le poème s’expose : lorsque les surréalistes raisonnaient la poésie.

Et toujours textes, poèmes & illustrations de derrière les fagots !

° Poèmes et textes de Yassir Abdelkawi, Will Alexander, Philippe Bouret, Mario Cesariny, Mohsen Elbelassy, Abdul Kader El Janabi, Onfwan Fouad, Charles Illouz, Édouard Jaguer, Giovanna, Jean-Michel Goutier, Pierre Grouix, Ghadah Kamal, Marc Kober, Victor Malzac, Giorgia Pavlidou, Pierre Petiot, Michael Richardson, Alain Roussel, Axel Sourisseau.

° In fine, un recueil complet de Jerome Rothenberg : Poème des miracles

° Illustrations de AKEJ, Philippe BOURET, Thom BURNS, Maroine DIB, Mohsen ELBELASY, Alice FARLEY, Kathleen FOX, Giovanna, Tahani JALLOUL, Ghadah KAMAL, Laura Hortense, Gilbert LELY, Axel SOURISSEAU, TUVROVSKI, John WELSON, Ghazi YOUNES.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s