EXILÉS EN TERRE NATALE / Abdul Kader El Janabi

EXILÉS EN TERRE NATALE

Nous ne voulons
Ni ascenseur pour la tour de Babel
Ni monument au soldat inconnu
Ni ciseaux
Dans l’attente d’un poème
Qui nu s’insurgerait
Contre la rime.

Cours nuit triomphale
Les étoiles du matin te poursuivent.

Il se peut
Que l’homme parte sans retour
Mais revienne pendant la nuit.
Qu’il tressaille
Et ses yeux s’ouvrent
Sur la différence.

Nous voulons
Midi à minuit
Une lune dans les bras du soleil
Des salles où la lumière du jour
Ne s’accointe pas avec le frisson
Et la balafre de la peur.

Nous emporterons
La promesse et le doute
Dans l’autre monde
Vers les vivants.

Ce que nous voulons
Est déjà sur la terre.

Ni tête
Ni main
Ni bras
Ni même cet héritage.
Mais une mèche de l’histoire
Lissée au gré des feuilles.

Abdul Kader El Janabi, Reflets dans le miroir des sables.

L’Escampette éditeur, 2003.

Traduit par Mona Huerta et A.K. El Janabi.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s