UNE ÉTINCELLE À LA RECHERCHE D’UN BARIL DE POUDRE


Translation : Pierre Petiot – La Belle Inutile

and Craig Wilson

Traduction : Pierre Petiot – La Belle Inutile

Et : craig wilson

La rébellion est sa propre justification, totalement indépendante de la chance qu’elle a de modifier l’état des choses qui lui donne naissance. C’est une étincelle dans le vent, mais une étincelle à la recherche d’un baril de poudre.

Andre breton 

Si une seule chose m’a apporté de la joie au cours des dernières semaines, elle a commencé lorsque les matriarches d’Unist’ot’en ont brûlé le drapeau canadien et déclaré que la réconciliation est morte. Comme une traînée de poudre, elle a balayé le cœur des jeunes à travers les territoires. La réconciliation était une distraction, une façon pour eux de balancer une carotte devant nous et de nous inciter à nous bien comporter. N’avons-nous pas droit à la terre volée à nos ancêtres?

Il est temps de tout fermer !

Tawinikay (aka Southern Wind Woman)

La cargaison toxique transportée dans les pipelines canadiens, qu’il s’agisse de pétrole des sables bitumineux ou de gaz naturel liquéfié (GNL), est  , selon tous les climatologues sérieux, une contribution majeure, voire même décisive, au réchauffement climatique, c’est-à-dire une catastrophe écologique.   Destinés à alimenter l’expansion industrielle,  les  pipelines sont eux-mêmes devenus le carburant de la révolte. Conçus  pour déplacer ces combustibles fossiles sales d’un endroit à l’autre,ils sont un élément crucial dans la normalisation du paradis douteux de la croissance illimitée dans la crainte de laquelle tous les consommateurs obéissants / citoyens sont censés s’agenouiller. Dans ce que les cartographes coloniaux ont appelé la Colombie-Britannique (C.-B.), le nom du jeu a toujours été l’extraction des ressources. Cependant, l’émergence en février de cette année d’un vaste réseau d’opposition allant des guerriers autochtones « land back » aux traditionalistes plus âgés et des militants de la rébellion d’extinction aux insurrectionnels anarchistes était encourageant. Les chemins de fer, les routes et les ferries ont été bloqués, les assemblées législatives provinciales, les bureaux administratifs du gouvernement, les banques et le siège social des entreprises ont été occupés. Le catalyseur de cette rébellion a été un soulèvement indigène généralisé qui a refusé  les  promesses illusoires de réconciliation. Ensemble, ces forces rebelles ont perturbé les le ron-ron des affaires en solidarité avec le clan   Unist’ot’en Big Frog  de la maison tribale Wet’suwet’en.  

    ​Par un coup  du hasard objectif le principal camp de défense des terres autochtones est situé non loin du même Hazelton, en Colombie-Britannique. zone dans laquelle le surréaliste Kurt Seligmann et sa femme Arlette avaient voyagé en 1938. Au cvours de ce voyage, ils ont visité les villages de Gitxsan et Wet’suwet’en, émerveillés par la puissance imaginative des totems et des objets de cérémonie, pris des notes sur le terrain, tourné un film 16 mm , ont collecté des histoires et enregistré des histoires mythiques. Maintenant, en 2020, un nombre croissant de ces mêmes peuples autochtones menacent de mettre un terme à l’économie canadienne. Ne voulant pas être achetés par des pétrodollars d’entreprise ni radoucis par un système juridique qui n’a jamais rien fait d’autre que les pacifier, les brutaliser ou les trahir dans le processus de vol de leurs terres, les peuples autochtones se sont battus avec passion contre les forces de l’ordre colonial dans un tourbillon radical de désobéissance volontaire et de bouleversement social. Les actions se sont construites les unes sur les autres, créant un élan roulant qui semblait imparable. Lorsqu’un blocus ferroviaire était brisé par la Gendarmerie Royale du Canada (GRC), un autre surgissait à sa place ailleurs, étendant les lignes de front de la bataille sur tout le continent. Puis le virus débilitant Covid-19 est arrivé pour aggraver les dommages qui avaient été précédemment causés à l’économie capitaliste par le virus incendiaire de la révolte. La résistance de ces communautés autochtones contre les pipelines nous concerne tous, dans le monde entier, puisqu’elles sont au point de d’inflexion de la lutte pour empêcher un changement climatique cataclysmique.

À l’avenir, une question clé sera de savoir si les autorités canadiennes peuvent réussir à remettre le génie de la rébellion autochtone dans la bouteille coloniale de la «réconciliation». En tant que surréalistes, nous espérons que ce ne sera pas le cas, et nous sommes solidaires de l’esprit insurrectionnel non réconcilié de la résistance autochtone en rebellion. Une nouvelle réalité est à inventer et à vivre en lieu et place de celle qui aujourd’hui comme hier impose son misérabilisme environnemental et ses hiérarchies colonialistes et racistes. En tant que surréalistes, nous honorons notre affinité historique avec la coiffure Kwakwaka’wakw Peace Dance qui pendant si longtemps avait occupé une place de révérence dans l’étude d’André Breton de son vivant avant d’être cérémonieusement renvoyée en 2003 à Alert Bay sur l’île Cormorant par sa fille, Aube Elléouet, conformément aux souhaits de son père. Dans l’esprit de cette ancienne et sympathique correspondance sympathique, nous affirmons ici que notre désir permanent de manifester l’émancipation de la communauté humaine telle qu’elle s’est trouvée distinctement entreprise dans le domaine d’intervention surréaliste est en parfaite harmonie avec le combat des communautés autochtones des Amériques contre la civilisation occidentale mondialisée. et sa folie écocidaire.

**************************************************************************

Surréalistes aux États-Unis: Gale Ahrens, Will Alexander, Andy Alper, Byron Baker, J.K. Bogartte, Eric Bragg, Thom Burns, John Clark, Casi Cline, Steven Cline, Jennifer Cohen, Laura Corsiglia, David Coulter, Jean-Jacques Dauben, Rikki Ducornet, Terri Engels,   Barrett  John Erickson,  Alice Farley, Natalia Fernandez, Brandon Freels, Beth Garon, Paul Garon, Robert Green, Maurice Greenia, Brigitte Nicole Grice,  Janice Hathaway, David  Houstman, Karl  Howeth, Joseph Jablonski, Timothy Robert Johnson, Robin D.G. Kelly,  Paul  McRandle, Irene Plazewska,  Theresa  Plese,  Michael Stone-Richards, David Roediger, Penelope Rosemont, Tamara Smith, Steve Smith, Abigail Susik, Vlad, Joel Williams, Craig S. Wilson.

Surréalistes au Royaume-Uni:  Jay Blackwood,  Paul Cowdell, Jill Fenton, Rachel Fijalkowski, Krzysztof Fijalkowski, Merl Fluin, Kathy Fox, Lorna Kirin, Rob Marsden, Douglas Park,  Wedgwood Steventon,  Frank Wright, le Leeds Surrealist Group (Stephen J. Clark, Kenneth Cox, Luke Dominey, Amalia Higham, Bill Howe, Sarah Metcalf, Peter Overton, Douglas Park, Rob Marsden,  Jonathan Tarry, Martin Trippett))    Surrealist   Layden, Jane  Sparkes, Darren Thomas), et les surréalistes du Pays de Galles (Jean Bonnin, Neil Combs, David Greenslade, Jeremy Over, John Richardson, John Welson).

Surréalistes à Paris :  Ody Saban et Le Groupe surréaliste de Paris :     (EliseAru, Michèle Bachelet, Anny Bonnin, Massimo Borghese, Claude-Lucien Cauët, Taisiia Cherkasova, Sylwia Chrostowska, Hervé Delabarre, Alfredo Fernandes, Joël Gayraud, Régis Gayraud, Guy Girard, Michael Löwy, Pierre-André Sauvageot, Bertrand Schmitt, Sylvain Tanquerel, Virginia Tentindo, Michel Zimbacca)

Surréalistes au Canada: Montréal (Jacques Desbiens, Peter Dube, Sabatini Lasiesta, Bernar Sancha), Toronto (Beatriz Hausner, Sherri Higgins), Québec (David Nadeau), Victoria (Erik Volet), le Groupe surréaliste d’Ottawa (Jason Abdelhadi, Lake, Patrick Provonost) et le Groupe surréaliste de l’île intérieure (as.matta, Jesse Gentes, Sheila Nopper, Ron Sakolsky)

Le Groupe surréaliste de Madrid: Eugenio Castro, Andrés Devesa, Jesús Garcia Rodriguez, Vicente Gutiérrez Escudero, Lurdes Martinez, Noé Ortega, Antonio Ramirez, Jose Manuel Rojo, María Santana, Angel Zapata

Surréalistes en Suède: Johannes Bergmark, Erik Bohman, Kall ee   Eklund, Mattias Forshage, Riyota Kas  amatsu, Michael Lundberg, Emma Lundenmark, Maja Lundgren, Kristoffer Nohed  en, Sebastian Osorio

Surréalistes en Hollande: Jan Bervoets, Elizé Bleys, Josse De Haan, Rik Lina, Hans Plomp, Pieter Schermer, Wijnand Steemers, Lauren   s  Vancrevel, Her de Vries, Bastiaan Van der Velden

Surréalistes au Brésil: Alex Januario, Mário Aldo Barnabé, Diego Cardoso, Elvio Fernandes, Beau Gomez, Rodrigo Qohen, Sergio Lima, Natan Schäfer, Renato Souza

Surréalistes au Chili: Jaime Alfaro, Magdalena Benavente, Jorge Herrera F., Miguel Ángel Huerta, Ximena Olguín, Enrique de Santiago, Andrés Soto, Claudia Vila

Le Groupe surréaliste du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord   : Algérie (Onfwan Foud), Egypte (Yasser Abdelkady, Mohsen El-Belasy, Ghadah Kamal), Irak (Miechel Al Raie), Syrie (Tahani Jalloul) et Palestine (Fakhry Ratrout)

Surréalistes à Prague: Frantisek Dryje,    Joe  Grim   Feinberg,  Katerina Pinosova, Martin Stejskal, Jan Svankmajer

Le Groupe surréaliste d’Athènes   (Nicos   Stabikis,  Theoni   Tambaki,Thomas  Typaldos,,  Mariana  Xanthopoulou)

Surréalistes au Costa Rica: Gaetano  Andreoni,  Amirah   Gazel,Miguel  Lohlé,Denis  Magerman,Alfonso  Peña

Surréalistes à Buenos Aires: Silvia Guiard, Luís Conde, Alejandro Michel

Surréalistes au Portugal: Miguel de Carvalho, Luiz Morgadinho

Surréalistes à Bucarest: (Dan Stanciu)  

Suréalistes au Mexique  (Susana Wald), 

Surréalistes aux îles Canaries  (Jose Miguel Perez Corales)

Post-scriptum: Au cours du processus de collecte de signatures pour la déclaration ci-dessus, nous avons été inspirés de voir sa position intransigeante contre la suprématie blanche et la répression policière reflétée dans les flammes étincelantes du soulèvement de Minneapolis qui a allumé un baril de poudre de rage refoulée et a incité une éruption de terre-secouant de la rébellion spontanée dans les rues de l’Amérique. Il était normal qu’en solidarité avec le soulèvement sur la brutalité policière déclenché par l’exécution/lynchage de George Floyd aux mains de la police, les manifestants antiracistes aux États-Unis prennent des mesures directes en décapitant ou en faisant tomber des statues de Christophe Colomb, symbole génocidaire de l’expropriation coloniale des terres amérindiennes.                       

(Guy Girard, Michael Löwy, Penelope Rosemont, et Ron Sakolsky,   1er juin2020).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s