Bruissement de soie/Un poème Par Ghada Kamal

Bruissement de soie

Sur une table ronde
Une bouteille de whisky attend
De l’autre côté de la pièce,

il est assis devant son corps nu

Il file ses poèmes sur son corps comme un prophète qu’on aurait pas encore envoyé.

Il écrit un mot et puis il vient adore son autel,
Un ange vient à lui pour lui inspirer d’écrire avec sa cyprine.
Elle regarde dans le vide, sa pupille ne s’anime que lorsqu’elle est en sanglots
La chambre fourmillait d’idées.
Son corps était peuplé des lignes fuyantes du poète,
Les lignes qui fuyaient les foules des villes vers les prospérités de sa planète.

Soudain elle a dit :
Est-ce que tu me lirais La Mère de Maxime Gorky ?

Attends, ne le lis pas… Je vais chanter pour toi
Et elle s’est mise à chuchoter :
« Il était une fois une fille, elle avait douze rêves »

Puis elle a pleuré

Il jetait des baisers sur son corps

Et la radio a annoncé le début de la soirée “Umm Kulthum”
Et puis il vint une petite souris qui essayait d’ouvrir la fenêtre pour profiter de la chaleur de la pièce.

Elle s’est accroupie et a dit:
emmaillote-moi …
Il la serra dans ses bras.

Elle le quitta et alla se placer devant un miroir brisé dans le coin de la pièce.
Elle se regarda dans le miroir:
Il y a des fissures dispersées sur le visage,
Des plis, comme une strie remplie d’eau qui coule.

Avant, j’avais ces seins, proéminents comme les Alpes et maintenant je cherche quelqu’un pour les porter après la ruine.

Elle attrapa son rouge à lèvres et le cassa.
Elle enleva son soutien-gorge.
Elle ouvrit la fenêtre et s’assit pour regarder une araignée qui filait sa maison.
Elle ne se souciait pas de la sonnerie du téléphone qui lui dirait la mort de son fils.
Elle tira le poète par la main et murmura:

C’est une araignée qui file sa maison comme un bruissement de soie.

Il y eut un bruit:
Chérie, réveille-toi, on dirait que tu as bu du whisky hier soir.

Elle s’éveilla et dit:
Ai-je parlé dans mon sommeil?

Il l’a accrochée contre sa poitrine et a dit:
Rien qu’un bruissement de soie.

Elle chuchota encore:
“Il ne faut plus que je boive beaucoup de whisky.”

Et
Avant d’étirer son corps contre sa poitrine, elle vit sur la fenêtre une araignée qui filait maison.

Elle sourit et s’endormit pour finir le reste du texte dans un autre rêve.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s